Partagez| .

Paang ou Lunaire ☾ Qui sème le vent récolte la tempête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lunaire
avatar

Messages : 51

MessageSujet: Paang ou Lunaire ☾ Qui sème le vent récolte la tempête Sam 22 Mar - 17:38

Libre comme l'Air

  Paang, alias Lunaire.

 
 

  âge : 11 ans
  sexe : Masculin
  groupe : Airbender

  orientation : L'Oxygène ?
  compétences : Airbending, méditation, communication avec les Esprits.
  métier : Fuyard.
 

 
« You don't make any sense! »

 
Ce n'est pas lui qui a choisi le surnom de Lunaire. C'est les autres, au Temple. Lui, il s'appelle Paang, hommage peu discret à l'égard de son arrière grand-père. Si encore c'était son seul héritage...
Lunaire est ailleurs, constamment ailleurs, dans ses rêves, dans les nuages. Direction la Lune. Il y a quelque chose de confondant dans cet enfant extraordinairement pâle, en particulier lorsqu'au milieu d'une action ou d'une conversation, son regard semble brusquement voilé par l'absence. On sent qu'il est déjà loin, très loin, loin dans lui-même. Lunaire est un être excessivement craintif et doux. C'est un être d'ailleurs. Un pierrot. Il surprend aussi par la tristesse, la mélancolie profonde qui suinte de sa frêle personne. Il ne sourit guère, et ses sourires demeurent timides, teinté de chagrin encré. Il est comme inadapté, trop attiré par le ciel pour supporter de fouler la terre. Malgré cela, il est d'une nature curieuse, aisément intriguée ou attirée – en particulier par les choses brillantes qui le captivent terriblement –, mais tout se fait dans la grâce, la lenteur, la douceur. Il est aérien, désincarné. On dirait un petit fantôme encombré de chair.

Il est méfiant, solitaire, anxieux, rêveur et vaguement débrouillard. A force d'être en fuite, d'être seul et projeté dans l'immensité du monde, il a du apprendre. Il est parfois contraint de voler, mais il déteste cela, car c'est contraire à l'enseignement qu'il a reçu. Bourrasque l'aide parfois, quand il n'ose vraiment pas. Bourrasque est son lémurien, qui a une patte malformée et une queue trop longue. Il l'a emmené quand il est parti.
Paang est aussi sensible à l'énergie des choses, à l'équilibre de ce qui l'entoure. C'est le côté cosmique, le côté moine. Il ne peut pas passer un jour sans méditer, même si ça se finit toujours par l'angoisse qui crispe le coeur. Le problème second étant qu'il peine à s'extraire de cet état, il se trouve bloqué en son intérieur sans parvenir à reprendre possession de lui-même. Paniqué par la présence des esprits et par son impuissance, cela l'épuise au plus haut point. Par ailleurs, sa conscience du temps s'amenuise considérablement lorsqu'il médite, ainsi il peut passer des jours en état de méditation et se réveiller en ayant l'impression d'y avoir passé une petite heure.

Lunaire adore chanter, bien que ses mélopées soient souvent emplies de mélancolie. Mais jamais l'amertume. Parce que Lunaire est encore innocent, le coeur vaillant et l'espérance tenace. Naïf et pur. Tout juste un peu abimé, un peu décoloré. Il chante bien, il chante beau. Bourrasque est pour l'instant son public principal, mais lorsque c'est nécessaire, Lunaire se résout à s'adonner à des représentations publiques. Dans la rue. Il préfère largement cette méthode, tendre et honnête, à l'idée de chaparder.
Car Paang est très sensible au bien. Il n'aime pas aller à l'encontre de sa conscience, de ce qu'on lui a appris. Il peut commettre quelques bêtises, quelques délits, mais si cela atteint à l'âme d'une personne, il sera rongé par le remords. Il est aussi exécré par toute forme de violence. Physique ou morale.

Une chose fascine Lunaire plus que toute chose. Plus que tout être. La Lune. Il peut passer des heures, une nuit entière assis sur un toit, son bâton posé à ses côtés. Il la contemple, sans ciller, sans se détourner, il la contemple jusqu'à ce qu'elle laisse place au jour. C'est peut-être à force de l'admirer de la sorte que ses yeux sombres sont devenus si grands et si brillants. Peut-être. Il ne la voit pas comme un vulgaire satellite, comme un astre sans âme. Non. La Lune est à ses yeux une incarnation, une entité, une mère. Sa propre mère n'étant pas là, il fixe sur la Lune ses espoirs et ses besoins d'enfant abandonné. Il se persuade que la Lune veille sur lui. Elle lui transmet le peu d'énergie qui le fait tenir debout. Il envie même les maitres de l'eau pour leur lien privilégié avec la déesse céleste. Pourvu qu'elle l'aime quand même.

Lunaire est émerveillé par tout ce qui possède un éclat. Cela peut être un morceau de miroir, une bougie, un diamant, un bouton ou une étoile. Son attirance pour la lumière est magnétique, extrême. Il ne l'explique pas. C'est un collectionneur, qui ramasse toutes les choses intéressantes – donc pratiquement que des choses luisantes – qu'il trouve sur son chemin. Il a une très bonne vue, une très bonne ouïe – à moins que ce soit l'enseignement des moines seul qui lui ait appris à voir et écouter comme il se doit – mais son goût et son odorat sont sempiternellement ternes. Aussi il n'aime pas manger, même les bonbons.
Il sait se défendre quand même. Et s'il se laissait aller, il se découvrirait de bonne composition. Aimant rire, danser, jouer ! Activer son corps trop rigide en s'adonnant au air-ball ou à tout autre jeu divertissant ! Si seulement il savait abandonner, juste de temps en temps, l'Angoisse. Lors d'instants rares et suspendus, il retrouve une existence d'enfant. Mais il faut l'entrainer, le forcer. Et peu en prennent la peine. Il s'amuse tout seul, avec Bourrasque, craintivement, timidement. Tous ses jeux se font en rapport avec l'air. C'est son élément de maitrise, mais c'est surtout son élément tout court.

Paang pourrait se trouver chanceux. Il dispose de dons exceptionnels, en particulier pour un enfant de son âge et de sa condition. Son aptitude à communier avec les esprits, par exemple. Incroyable. Époustouflant. Glorifiant. Mais non. Lunaire n'en veut pas. Ça lui fait peur, tout ça. Les esprits qui le visitent dans son sommeil, qui le suivent dans le réel et le font passer pour un dément. Qui l'empêchent d'entrer en méditation, de ressourcer son âme comme les moines lui ont appris. C'est à cause d'eux que sa vie est devenue chaos. Les esprits qui franchissent les frontières semblent humer sa présence, capter son énergie, et s'y agglutinent comme des abeilles sur du miel. Paang essaye de les fuir, des les rejeter, de les repousser à la force de son esprit à lui. Mais ils ne comprennent pas. Il se sent maudit, condamné. Les esprits l'épuisent. Il en est malade. Son sommeil est toujours troublé, agité, Lunaire ne connait pas la paix.
Les esprits ont tant d'effet sur lui que ses cheveux noirs sont devenus blancs. On dirait des cheveux de neige. Ils l'ont transformé en enfant-esprit, pont improvisé, branlant, fragile, entre leur monde et l'autre. Pourquoi lui ? Il n'a pas choisi. Il n'a pas voulu. C'est sa mère. C'est Jinora. Il la déteste. C'est elle qui sait, plus que quiconque, imposer la colère à son coeur fatigué. Il n'est pas capable de voir que sa mère a voulu le mieux pour lui. La douleur l'a aveuglé, trompé.

Jinora sait-elle qu'il ne dort presque plus ? Qu'il est si épuisé qu'il sombre facilement dans des torpeurs de quelques heures, n'importe où, n'importe quand ? Qu'il ne peut maitriser l'état de conscience supérieur déclenché par la méditation tant les esprits en profitent pour creuser une brèche au sein même de son crâne ? Qu'il a tout le temps, tout le temps froid ? Et sait-elle encore qu'il est sans cesse assailli de nausées, par ce fait-même, sans parler des saignements de nez. Elle ignore tout autant que ce même sang est devenu bleu, oui bleu, d'un bleu de nuit noire. Tout bizarre. A cause des esprits. Il perd sa force, sa vie. Il sait même pas pourquoi. Alors il est blanc, tout blanc. Alors on l'appelle Lunaire. Parce qu'il est loin, loin là-haut. Et blanc, blanc de trop.



 
« Naga! You should've seen it. I kicked some Firebender butt and I passed! »

 
Ce qui saisit le plus à la vision de Paang, c'est son teint diaphane. Si pâle qu'on peut discerner de petites veines bleuies parcourir sa peau par endroits. Personne ne demeure indifférent à son aspect. Ses yeux sont immenses, ronds et incroyablement étincelants, d'une couleur étonnante, entre l'outremer, le carmin et le noir. On y trouve le regard de Tenzin, son grand-père, les yeux de Jinora, sa mère, et ceux de son père, un peu. On y trouve surtout ce flamboiement poignant.
Son corps est celui d'un enfant, frêle, d'un grain de givre, immaculé et diffus. On le croirait saupoudré de farine. Ses cheveux d'argent, qu'il honnit, lui donne l'aspect d'un flocon de neige ébouriffé. Il évite son reflet tant il a l'impression de ressembler à un spectre. Son visage tout rond n'arrange en rien le côté lunaire qui se dégage de son apparence, une vraie tête de lune, avec deux énormes étoiles sous le front, un nez minuscule et une bouche à l'envers qui ne connait pas d'éclat.
La plus grande étrangeté de ce corps fragile et opalescent, n'est toutefois certainement pas en son extérieur. Lunaire a le sang bleu. Un bleu noirâtre, pas bien beau. La faute aux esprits qui l'ont trop souvent atteint, trop souvent traversé. Il ne l'explique pas. Comme ses cheveux. Il est si épouvanté par cette caractéristique qu'il redoute sans cesse de se trahir. Son expression est un peu figée, comme une poupée de porcelaine. Mais son regard demeure alerte, pétri d'angoisse et de contrariété, à part lorsqu'il est plongé dans ses rêveries. Ses songes, qu'il ne partage guère, plus éveillés qu'endormis, sont son seul moment de répit. Lorsqu'il est absorbé, il devient éteint, amorphe ou raidi, complètement déconnecté. C'est légèrement perturbant. Mais du fait qu'il ne fréquente personne à cause du rejet qu'il craint de subir, peu de gens assistent  à cet état intermédiaire.

Sa démarche est souple, très légère, très gracieuse. Il semble sautiller à chaque pas. L'attraction du sol parait moindre en ce qui le concerne. Toutefois il est rapide, agile et vif, même s'il est peu à l'aise dans les villes qu'il ne connait pas encore assez. Il est semblable au vent, tantôt calme et paisible, tantôt animé, secoué. Et, malgré cette nature particulièrement tranquille, Lunaire sait se défendre. Il n'attaque jamais, ne démarre jamais l'offensive. Il ne peut pas. Mais il sait esquiver, renvoyer, en mots ou en maitrise, ce qu'on lui inflige. Il connait son art et connait sa philosophie. Il sait s'en servir. En vérité, rien n'est plus stable, plus affirmé chez lui, que l'emploi de sa maitrise.
Il est aussi vêtu de l'éternel apparat des moines maitres de l'air. Il le nettoie comme il peut, le reprise quand il peut. En dehors de cela, il porte une pèlerine d'un bleu sombre, cousue par sa mère. Par un étrange signe du destin, une petite lune y est brodée à l'encolure.

Sa voix est très douce, très glissante, elle évoque un petit souffle et ressemble à un murmure. Il ne crie presque jamais. Il vole sans arrêt. Vraiment sans arrêt.



 
« I'm so happy to be here! Thank you Republic City! »

 

– Maman, s'il te plait, s'il te plait ! Me laisse pas là ! Je veux rester avec toi.

Il comprenait pas. Pourquoi on pouvait pas juste continuer l'entrainement avec Tenzin. Pourquoi ça suffisait pas d'aller voir les Temples de l'Air, tous les Temples de l'Air, une fois par an. Pourquoi c'était pas déjà assez de pratiquer la méditation plusieurs heures par jour. Il faisait de son mieux, ils le savaient, même Jinora l'avait dit. Jinora n'avait jamais vécu parmi les moines. Ni même Tenzin. Alors. Alors !
Paang, il voulait pas, il pouvait pas. Pas tout seul à affronter les brassées d'esprits qui prenaient pas la peine de frapper à la porte de sa conscience. Qui entraient comme des courants d'air, insaisissables, brusques, imprévisibles, et tellement froids.

– Sois courageux, Paang. C'est pour ton bien.

Paang fixa de ses yeux pas encore trop immenses le visage grave de son grand-père. On aurait dit une statue, tellement il était fixe et impassible. Pourquoi Maman disait rien ? Paang s'agrippa à sa tunique et souffla en serrant les dents, les yeux brouillés :

– Je m'en fiche, je te lâche pas.

Derrière, les moines et les enfants contemplait la scène, l'air intrigué, gêné ou confus. Ça lui faisait peur à Paang, de voir tous ces clones de lui prostrés comme une armée miniature dans son dos. Parce que lui aussi, à cette époque, il avait le crâne tout lisse, tout rond. Même que sa peau était encore légèrement rosie par la vie.

Tenzin avait les lèvres qui tremblaient un peu, mais il brisa l'étreinte téméraire de Paang d'un coup de vent. Lui aussi jouait aux courants d'air traitres.

– Il est temps de partir, Jinora. Tu sais que c'est ce qu'il lui faut. Nous ne sommes plus en mesure de l'aider.

Là, Paang aurait du dire qu'il aurait pu supporter les marées d'esprits dans sa tête, dans sa vision, du moment qu'il restait avec eux. Sa famille. Il aurait du dire que tout était pire dans la solitude. Il aurait du hurler sa peur, parce qu'il avait vraiment peur, Paang. Il avait neuf ans, quand même. Et c'était pas tant sa faute si ces machins le visitaient sans arrêt, jusque dans le sommeil, et que ça s'aggravait avec le temps. Les moines pouvaient bien lui apprendre tout ce qu'ils voulaient, l'essentiel, il le perdait. Il aurait du le dire.
Mais il y avait une boule de feu dans sa gorge. Les mots s'accrochaient aux parois, grattaient, grattaient, mais ils sortaient pas. Y avait que les larmes maintenant, qui sortaient.

Tenzin, maudit Tenzin, s'empara des épaules de Jinora pour l'emmener plus loin. Vraiment loin en vérité. Loin où Paang la verrait plus, l'entendrait plus. Et Kata, lui, il la verrait, l'entendrait tous les jours. Et c'était lui, Paang, qu'on disait le chanceux des deux. Le chanceux d'avoir la maitrise de l'air, le chanceux d'avoir le droit de se raser la tête et de s'habiller en orange tous les jours ! A quoi bon le vent, si on a plus de maman ?
La rage, si rare en lui, faisait vibrer tout son corps. Rage amère, pétrie de regrets, labourée d'abandon. Pourquoi.

La dernière fois que Paang vit sa mère, c'était là. C'était son dos. Parce qu'elle se retournait pas. Elle cachait ses larmes, plus gorgées, plus salées encore que celle de son garçon. Il le savait pas, ça, il était empêtré dans sa propre détresse, buvant la tasse en lui-même. Il voyait pas la détresse de sa mère, aussi gigantesque que la terre entière.


~


Alors Paang vécut au Temple de l'Air Austral. Comme son arrière-grand-père l'avait fait. Et comme il était épatant, l'avatar Aang ! Comme il était gai, brave et chaleureux ! Et comme on lui rappelait sans relâche, sans répit ! Comme pour marquer davantage le fossé entre les sourires d'Aang et les larmes de Paang. Aang n'avait ni peur des esprits, ni peur de rien. Il avait tout affronté, tout vaincu, tout créé, à 12 ans à peine. Paang avait peur de tout, de rien, de lui, et plus on évoquait la lumière de son aïeul, plus on creusait sa propre lividité, sa propre fragilité, sa propre faiblesse.
Paang était faible. Il ne s'accommodait pas à la vie communautaire. Il essayait tant pourtant, il suivait chaque règlement, s'appliquait à chaque discipline, et sa maitrise semblait demeurer le seul souffle de vie qui l'animait encore.

Ce fut surtout l'attitude des autres qui l'ébranla, en fait. Parce qu'il était bizarre. Parce que des fois, il parlait plus, il regardait plus, il était plus là, d'un coup. Parce qu'il hurlait dans son lit, ou même pas dans son lit, le jour ou la nuit. Parce que ses sourcils avaient blanchi, comme par magie, ils pouvaient pas savoir que c'était les esprits. Parce qu'il était le descendant d'un avatar tellement plus sublime que lui.
Les moines instructeurs ne surent pas voir son tourment. Lorsque Paang se déconnectait, quasiment sans faire exprès, ils le trouvaient distrait. Lorsqu'il pleurait, s'énervait, criait, ils le trouvaient démesuré, abusif, extrême. Et même eux ne parvenaient pas à le rattraper lorsqu'il s'embourbait trop longtemps, trop profond dans son état de méditation. Incapable de revenir. Des maitres de l'eau étaient appelés pour entretenir son flux. Paang était comme tenaillé par une force bien plus grosse que lui, dépassé et affolé, impuissant. Personne ne savait l'aider. Ce n'était même pas le du des esprits. C'était sa peur, sa gargantuesque et impitoyable peur, qui l'empêchait de vivre. Et lorsqu'il trouvait la paix, ce n'était qu'en contemplait la Lune, oubliant de manger ou de bouger, s'oubliant lui-même. Et les moines, peu enclins à la passion et à la distraction, les moines n'aimaient pas trop cela.

Alors la solution de Tenzin se mua en problème. En grave problème. En cauchemar durable. En prison, en poison, en punition. Paang, que les autres s'étaient mis à nommer Lunaire, Paang le froussard malade et blême, s'enfuit. Dans la nuit, Bourrasque sur l'épaule et planeur déployé. Il s'enfuit sans but, sans destination, juste vers l'horizon. Juste que ça s'arrête, tout ça. Parce qu'il avait pas les épaules. Finalement, y avait peut-être un peu d'Aang en lui.





 
« Trucs à retenir »

 
☾  Lunaire est le fils de Jinora, fille de Tenzin.
☾  Son véritable prénom est Paang, mais son surnom a pratiquement supplanté ce nom d'origine.
☾  Durant la seconde partie de son enfance, Lunaire a été élevé parmi les moines, au Temple de l'air Austral.
☾  Lunaire connait toutefois tous les temples que son grand-père a pris le temps de lui faire visiter.
☾  Lunaire a de sérieuses difficultés à s'extraire de son état de méditation.
☾  Lunaire a pour compagnon un lémurien un peu cabossé du nom de Bourrasque.
☾  Lunaire est littéralement fasciné par la Lune.
☾  Lunaire aime voler par-dessus tout, grâce à son bâton.
☾  Lunaire a la faculté de voir et communiquer avec les esprits, don transmis par sa mère. Pour lui, c'est surtout une malédiction.




  & YOU ?
 

pseudo : Pan
   âge : 112 ans
  où as tu trouvé le forum ? : J'en suis le chouchou.
  remarques: J'aime bien l'habit du printemps, moi !
  crédits avatar : Jack Frost enfant.
   un dernier mot ? : Je demande à la Lune de faire en sorte que ce forum vive pour toujours.
 


Dernière édition par Lunaire le Dim 23 Mar - 14:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
Moana
avatar

Messages : 221

MessageSujet: Re: Paang ou Lunaire ☾ Qui sème le vent récolte la tempête Sam 22 Mar - 18:09

... NON MAIS TOI, TU ME TUES. faint 

Je. Ta plume, ton perso, ton NOM. Bon sang. Tu peux rien faire sans me niaisebender, hein ?
J'ai vraiment, vraiment hâte de lire ton histoire. Alors poke-moi quand elle sera terminée.

Et puis euh. Bienvenue, tout ça. Même si t'es déjà là et que tu connais le coin. Je suis ravie de voir ce DC débarquer, je l'attendais depuis un moment.

 hug 

_________________
Let me be empty Oh and weightless and maybe I'll find some peace tonight.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magad
avatar

Mascotte Carrée

Messages : 50

MessageSujet: Re: Paang ou Lunaire ☾ Qui sème le vent récolte la tempête Sam 22 Mar - 22:29

Jolie. Très jolie la fiche. Aérienne, comme une brise légère qu'on sent et qui nous frôle, sans rien laisser derrière elle. Comme un rêve.

Jolie.

*Pose un oeuf cristal dans son coin, et repart dans les fourrés.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://salomonsmasquerade.forumactif.com
Aysu
avatar

Messages : 48

MessageSujet: Re: Paang ou Lunaire ☾ Qui sème le vent récolte la tempête Dim 23 Mar - 9:41

Mini-moi mâle, j'aime ta fiche. J'veux rp avec toi. Obligé.

Bonne chance pour finir ta fiche, j'ai hâte de la lire !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nohoarii
avatar

Messages : 204

MessageSujet: Re: Paang ou Lunaire ☾ Qui sème le vent récolte la tempête Dim 23 Mar - 14:20

Toi. Mais. Putain. T'es pas le chouchou pour rien tu sais. J'aime déjà ce personnage, bon courage pour la suite (enfin tu connais la musique maintenant !) ♥

_________________


Umda le beau, l'unique:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lunaire
avatar

Messages : 51

MessageSujet: Re: Paang ou Lunaire ☾ Qui sème le vent récolte la tempête Dim 23 Mar - 14:27

Hihihi merci beaucoup vous tous ! Vous me touchez droit dans le cœur !

Je crois avoir terminé du coup, l'histoire reste assez floue et se concentre sur un moment spécifique, si ce n'est pas assez clair je peux la modifier ou l'étoffer. Vous me direz.

 roule 


_________________



Signa par cette tendre Moana. ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
Avatar Korra
avatar

Avatar tout puissant

Messages : 264

MessageSujet: Re: Paang ou Lunaire ☾ Qui sème le vent récolte la tempête Dim 23 Mar - 14:34

Bienvenue à Republic City !

Félicitations ! Tu es validé
Quelle surprise. Ton histoire est à la hauteur de tes descriptions physiques et psychologiques. Je ne peux pas dire que ce soit étonnant. On reconnaît ta plume, on reconnaît la profondeur de tes personnages. J'aime tes écrits, j'aime tes personnages, et Lunaire ne fait pas exception. Merci pour ce petit bout de poésie. J'ai vraiment hâte de le voir évoluer dans les rues de la ville. Alors file, file. Va mélanger ta plume à celle des autres, je n'ai rien de plus à dire.


Tu peux tout de suite aller recenser ton avatar si tu veux pas qu'on te vole ta jolie bouille ! Si tu as envie de créer un journal de RP et/ou une fiche de lien, y a un coin sur le forum pour ces choses-là.
Tu connais personne ? T'es timide ? Faut pas ! Va donc faire une demande de RP ou va répondre à une demande en cours ! Jette aussi un oeil du côté des topics libres, on ne sait jamais !
Et surtout, n'hésite pas à passer sur la chatbox encore et encore et encore pour papoter avec tout le monde ! ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://republic-city.forumactif.org
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Paang ou Lunaire ☾ Qui sème le vent récolte la tempête

Revenir en haut Aller en bas

Paang ou Lunaire ☾ Qui sème le vent récolte la tempête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Qui sème le vent, récolte la tempête [Fubuki]
» Qui sème le vent, récolte la tempête… et des heures de colle ! [PV]
» Qui sème le vent récolte la tempête.[Terminé]
» [Évent] Qui sème le vent récolte la tempête
» Qui sème le vent, récolte la tempête.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Republic City :: Trucs Administratifs :: Devenir Citoyen :: Nouveaux arrivés-